Des planètes à la politique:Le pas de géant de Cheick Modibo Diarra

L’astrophysicien, dont la réputation a parcouru le monde, pour avoir servi  à la NASA et dirigé Microsoft Afrique, est né en 1952 à Nioro du Sahel. Il est le fils de Moussa Diarra, un digne héritier de N’Golo Diarra et de Monzon  Diarra. Malgré ses privilèges issus de la NASA et de Microsoft, il n’a jamais oublié ses origines. Il est resté un véritable Bamanan, attaché à la culture de la terre de ses ancêtres, qui lui ont inculqué le culte du travail et l’amour des travaux champêtres. De 1960 à 1972, il étudie à l’école fondamentale de Ségou, jusqu’au DEF (Diplôme d’études fondamentales) qu’il obtient en 1969, Après avoir obtenu son baccalauréat au Lycée Technique de Bamako, Cheick Modibo Diarra étudie les mathématiques, la physique et la mécanique analytique à Paris, à l’université Pierre et Marie Curie, puis l’ingénierie aérospatiale aux États-Unis, à Howard University (Washington D.C.). Ces études allaient plus tard lui offrir sa riche carrière dans les astres.

Carrière dans l’aéronautique et la science

Il est recruté par le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la Nasa, où il participe à différents programmes: Magellan vers Vénus, Ulysses vers les pôles du Soleil, Galileo vers Jupiter et Mars Observer et Mars Pathfinder vers la planète Mars. Il est nommé directeur du programme Mars Exploration Program Education and Public Outreach (“Mars Outreach”) de la NASA. Ce programme visait à mieux impliquer le grand public et les différents milieux éducatifs dans la diffusion des informations et des images de la NASA. En 1993, Cheick Diarra nomme des Correspondants du JPL à l’étranger pour le Mars Outreach, dont un Français, Olivier de Goursac, qui le fera connaître auprès du grand public et des télévisions en France, après l’atterrissage de la sonde Pathfinder sur Mars, lors du 1er Festival de l’Aéronautique de Megève ( 7- 13 juillet 1997), dont Cheick Diarra sera l’un des invités-vedettes.

En 1999, il obtient de la Nasa de travailler à mi-temps, ce qui lui permet de se consacrer au développement de l’éducation en Afrique, en créant notamment la ‘Fondation Pathfinder pour l’éducation et le développement. En 2002, il prend un congé sabbatique, afin de développer au Mali, à Bamako, un laboratoire de recherche sur l’énergie solaire.

Carrière diplomatique et entrepreneuriale en Afrique

Organisateur du Forum mondial sur l’éducation de Dakar, en avril 2000, et du Forum sur l’Afrique au Siège de l’Unesco en novembre 2001, Cheick Modibo Diarra est ambassadeur de bonne volonté pour l’Unesco. Il a été le premier Président de l’Université virtuelle africaine, basée au Kenya, qu’il a quittée en 2005 pour cofonder l’Université numérique francophone mondiale. Le 20 février 2006, Microsoft a annoncé la nomination de Cheick Modibo Diarra au poste de Président de Microsoft Afrique.

Après avoir fait le tour du monde, il décide de rentrer définitivement au bercail en 2011 et de se mettre au service de son pays natal. Pour ne pas rester en marge de la politique et éviter d’être un sujet passif, il décide de créer son propre parti politique, le Rassemblement pour le développement du Mali (RpDM). Pour venir en aide aux couches sociales défavorisées, il crée un fonds pour assister les femmes en finançant des activités à leur faveur. Avant le coup d’Etat du 22 mars dernier, il était candidat à l’élection présidentielle du 29 avril. Il n’a jamais participé au Mali à la gestion des affaires publiques.

C’est donc à cet homme neutre et pétri d’expérience que le Président de la République par intérim a confié l’exécutif de notre  pays pendant la période de transition. Il va sans doute user de ses relations au plan international pour mettre à nouveau notre Maliba sur les rails. Pour notre part, nous lui souhaitons bon vent.

Youssouf Diallo

 

Le 22 Septembre 19/04/2012