Défi de l’environnement : Agir vite pour inverser les tendances de dégradation

 

Les défis environnementaux majeurs sont, entre autres, la dégradation des sols et du couvert végétal, la désertification, l’ensablement du fleuve Niger, la perte de la biodiversité, le changement climatique. Pour y parvenir les autorités du Mali envisagent le verdissement du CSCRP.

Mettre  un terme à la pression démographique

La croissance démographique s’accompagne inéluctablement d’une pression sur l’environnement, notamment, à travers la nécessité de nourrir les populations. Concernant l’environnement rural, la nécessité de nourrir les populations induit l’extension et l’intensification de l’exploitation des terres avec les risques de dégradation et de pollution qui s’ensuivent.  Au fait, il existe plusieurs dangers qui guettent les forêts, notamment les feux de brousse, la coupe abusive du bois, l’occupation des forêts classées, le surpâturage, etc.

Ces pratiques néfastes  ont pour conséquences : des pertes économiques de l’ordre de 61,2 milliards de FCFA, soit 1,8% du PIB, par an dues à l’utilisation abusive du bois énergie. Cela engendre une perte annuelle de 197,2 milliards de FCFA soit 5,8% du PIB dans le domaine «Sols et Forêts». S’y ajoutent  des pertes annuelles en terres arables évaluées à 10 tonnes/ha et pouvant atteindre plus de 30 tonnes/ha dans certaines zones. Ce qui représenterait des pertes économiques estimées à 4 239 FCFA/ha/an pour les terres marginales cultivées et 90 000 FCFA/ha/an en zone soudanienne.

Concernant l’environnement urbain, l’expansion de la capitale menace à long terme de la rendre ingérable, ce qui suppose la constitution de métropoles régionales d’équilibre apportant à chacun les opportunités d’activité  ou d’emploi auxquelles il aspire, ainsi, que le bénéfice des services publics auxquels il a droit.  Au Sud et plus particulièrement autour des centres urbains, dans la zone de l’Office du Niger, dans le bassin cotonnier et minier, la pression sur les ressources encore disponibles s’accentue de manière inquiétante, alors que ce sont celles-ci qui permettent de satisfaire à l’heure actuelle les besoins alimentaires et énergétiques.

Tout en mettant en exergue les liens pauvreté-environnement, il s’agira d’identifier les principaux facteurs sous-tendant les problèmes environnementaux et de proposer des stratégies et actions appropriées pour corriger les effets négatifs de ces problèmes dans les secteurs prioritaires, notamment, l’Agriculture,  la santé,  les mines et  l’eau.

Pour Sékouba Diarra, Coordinateur de la Cellule Technique du CSLP, le CSCRP version 2012-2017 entend favoriser une croissance économique équitablement redistribuée, améliorer le développement humain, la gouvernance et optimiser les financements. Il va également s’attacher à garantir la protection de l’environnement et améliorer le suivi-évaluation du CSCRP. Selon  le premier responsable de la C-T du CSLP, le Gouvernement s’engage résolument à assurer une meilleure prise en compte de la dimension environnementale  dans le CSCRP à la gestion durable des ressources naturelles et à la lutte contre la désertification.

Au Mali, le processus de dégradation des ressources naturelles est caractérisé par une perte de fertilité des terres de culture ; une forte pression sur les ressources forestières avec défrichements agricoles ; un surpâturage ; des prélèvements importants pour le bois qui est la principale source d’énergie domestique et une perte des terres de cultures due à l’érosion hydrique et éolienne. Du point de vue de la protection de l’environnement, la menace principale vient de la désertification, du fait, d’une part de l’importance des phénomènes d’érosion hydrique et éolienne et, d’autre part, de la mauvaise utilisation de l’espace par des systèmes de production rurale inadaptés.

Assurer la gestion durable des ressources naturelles                                                                           La bonne gestion de l’environnement est une donnée essentielle de la lutte contre la pauvreté et de l’amélioration du bien être humain. En adoptant en 1998 une Politique Nationale de Protection de l’Environnement (PNPE), assortie de neuf Programmes d’Action Nationaux et de mesures d’accompagnement, le Mali s’est doté d’un cadre d’orientation pour une planification et une gestion efficace et durable de l’ensemble des questions environnementales. La volonté du Gouvernement de procéder à l’application de cette politique s’est traduite par la mise en place, en décembre 1998, d’un Cadre Institutionnel de la gestion des questions environnementales.

Le CSCRP  doit appuyer la concrétisation de l’objectif de la Politique Nationale de Protection de l’Environnement qui vise au développement économique et social durable du pays, à travers la sécurité alimentaire, la lutte contre toute forme de pollution ou nuisance, contre le processus de dégradation des ressources naturelles et la désertification.

Un des objectifs  visés par  la Politique Nationale de Protection de l’Environnement est de lutter contre la pauvreté tout en améliorant l’environnement. Les axes stratégiques d’intervention pour la protection des ressources naturelles se basent sur le renforcement de la concertation intersectorielle en impliquant fortement les institutions représentant les femmes et les jeunes ; le renforcement de l’implication et  la responsabilisation des producteurs et productrices dans la prise de décisions en liaison avec la gestion durable des ressources sylvo-pastorales ;  le développement d’un plaidoyer et sensibilisation par et pour les acteurs du développement durable.

Les populations  rurales  sont au plus près des situations de dégradation des forêts, aussi proches que possible de la réalité locale. D’où cette réaction de Mme Koné Massaran Traoré, présidente de l’Association Fayaton de Kassela : «Nous avons compris la nécessité de protéger la forêt classée Faya. Sans doute,  les forêts offrent des  avantages multiples notamment la satisfaction des besoins énergétiques et  la réduction de la pauvreté et l’amélioration du bien-être des populations riveraines. C’est pourquoi nous avons décidé de nous organiser pour mieux protéger ces ressources naturelles».

«Nous  allons doubler d’ardeurs pour assurer  la protection  de la Faya (forêt) qui  a connu un état de dégradation. Nous  travaillons d’ailleurs dans le sens de sa restauration», a dit, pour sa part,  Amadou Traore, un habitant du village de Kassela, Commune de Baguinéda à l’est de Bamako.

L’arbre ne doit pas cacher la forêt. Malgré tout, beaucoup de contraintes existent encore. Il s’agit,  entre autres, de la multiplicité des acteurs, du chevauchement des interventions dans la mise en œuvre des activités sur le terrain, l’incivisme  des populations et la méconnaissance des textes. Au fait, ces différentes contraintes ont fortement contribué à la dégradation de notre couvert végétal. En témoigne la lamentation poignante du Colonel Sékou Kanta de la Direction Nationale des Eaux et Forêts (DNEF), déplorant ainsi l’action des marchands bamakois de bois et de charbon qui placent de l’argent frais dans les villages pour se procurer des produits ligneux. Selon le soldat vert, pour avoir un kilogramme de charbon, il faut utiliser 7 kilos de bois. Ce qui constitue une grosse menace pour nos forêts, quand on sait que de plus en plus de prédateurs s’adonnent à la coupe abusive du bois et même du bois vert.

Selon la FAO, le Mali perd 500 000 ha, par an, à cause des pratiques néfastes liées au déboisement et au prélèvement du bois de chauffe. Depuis 2010, notre pays est déficitaire en produits ligneux. Face à cette situation catastrophique le Colonel Kanta a exhorté les consommateurs à observer des comportements citoyens en allant vers des énergies de  substitution.

Prise en compte de l’environnement dans les politiques sociales                                         La problématique de l’environnement est insuffisamment prise en compte dans les politiques sectorielles de réduction de la pauvreté. Cela s’observe dans le domaine de l’éducation  et celui de la santé. Il ressort que dans l’enseignement fondamental, un effort est réalisé pour intégrer la sensibilisation à la protection de l’environnement dans les programmes scolaires. En santé, les objectifs fixés et les activités menées ne prennent généralement pas en compte l’environnement.  Même si l’on peut noter un certain nombre d’acquis  à savoir l’existence d’une division hygiène publique et salubrité au niveau de la Direction Nationale de la Santé dont l’une des activités phare est la gestion des déchets biomédicaux et l’élaboration du document « Analyse de la Situation et l’Estimation des Besoins (ASEB) en santé et environnement.

A noter également l’élaboration, en cours, du Plan d’Action National Conjoint Santé et Environnement et d’un plan d’adaptation du secteur de la santé aux effets néfastes des changements climatiques. Les difficultés rencontrées pour articuler Santé et Environnement renvoient à trois facteurs à savoir la  faiblesse du cadre institutionnel, l’inexistence d’institut de recherche spécialisé,  et l’insuffisance de ressources humaines spécialisées.

A ce sujet, Agaliou Alkassoum Maïga, expert en Développement durable à l’Agence de l’Environnement et du Développement Durable (AEDD), déplore  le fait que l’environnement  n’est pas suffisamment pris en compte dans les politiques, plans et programmes. Face à ce constat, il insiste sur l’application des  trois Conventions internationales signées par l’Etat du Mali. Il s’agit notamment des dispositions sur la biodiversité,  la désertification et les changements climatiques.

Sur la même lancée, Modibo Oumar Coulibaly, Conseiller chargé de l’environnement à l’Assemblée Régionale de Ségou, pense que pour promouvoir le développement durable, il faut nécessairement protéger l’environnement.  Certes, l’historien-géographe s’est réjoui de la volonté politique des autorités du Mali qui se sont engagées dans un processus de développement socio-économique durable à travers la signature et la ratification de plusieurs Conventions, Accords et Traités relatifs à la protection de l’environnement. Mais, il n’a  pas manqué de souligner  le non respect et la méconnaissance des textes législatifs, réglementaires et normatifs qui ont été adoptés. «Aujourd’hui, on parle de permis environnemental, mais l il n’y a pas de compensation  qui suit le rythme de dégradation des forêts suite à la réalisation de grands travaux publics ou privés. En plus, le suivi sur le terrain demeure irrégulier», a déploré le spécialiste.

En tous les cas,  il nous revient d’agir vite pour inverser les tendances de la dégradation des ressources naturelles qui constituent notre patrimoine national.

Mahamane Maïga

Encadré : Campagne IPAO

Dans le cadre de son programme ” Médias et Communication avec les Organisations de la Société Civile “, l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO)vient d’attribuer à des journalistes ayant participé à la formation thématique sur le budget et sélectionnés sur la base de critères précis une subvention en vue de la production et la diffusion de produits d’information sur différents aspects du Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (CSCRP). C’est dans ce cadre, notre rédaction a décidé de publier une série d’articles. A préciser que l’Institut Panos Afrique de l’Ouest est initiateur de la campagne d’information réalisée dans le cadre d’un partenariat entre le journal ou la radio et IPAO dans le cadre du projet Médias et Communication pour une gouvernance démocratique sur financement de OXFAM/NOVIB.

Enfin,  nous nous sommes intéressés au thème : ”  Défi de l’environnement “

Le Scorpion 27/07/2011