Bréhima Tolo, ministre des Postes et des Nouvelles technologies

 

L’atelier est organisé par l’Assemblée nationale avec l’appui technique de National Democratic Institute (NDI). Il a pour but de renforcer les capacités du personnel de l’Assemblée nationale. Il s’agira, pendant deux jours, de faire acquérir à la cinquantaine de participants des connaissances professionnelles qui renforcent leurs capacités opérationnelles et les rendent plus performants.

 

De façon plus spécifique, il s’agira d’aider le personnel à appuyer plus utilement les députés sur le plan de la procédure législative, de la discussion budgétaire et du contrôle de l’action gouvernementale au cours de cette phase critique de la transition pendant laquelle le Parlement sera beaucoup sollicité ; de contribuer à mettre en place une administration parlementaire solide.

 

Les travaux porteront sur des thèmes comme : les rôles des assistants parlementaires et du personnel législatif dans l’accompagnement des députés et de l’institution parlementaire ; les techniques de comptes rendus/résumés et synthèse pour le personnel législatif et les assistants ; la formulation et l’introduction des textes législatifs pour les assistants parlementaires ; la préparation des sessions.

 

Pour le secrétaire général de l’Assemblée nationale, Dr. Madou Diallo, l’institution parlementaire ne pourra pleinement et efficacement jouer le rôle qui est le sien en cette phase de transition sans son personnel. “Un personnel chevronné, professionnel et compétent est une condition importante de l’aptitude des parlementaires à exercer efficacement leur fonction de contrôle et de décision. En cela, les programmes de formation, axés en particulier sur le personnel des parlementaires, doivent représenter une priorité permanente de notre institution”, a-t-il souligné.

 

Dr. Madou Diallo d’ajouter : “La formation qui nous réunit ici aujourd’hui cible exclusivement le personnel législatif et les assistants parlementaires, mais il nous faudra à l’avenir envisager également des formations pour le personnel du cabinet du président de l’Assemblée nationale, le personnel du secrétariat administratif et financier. D’ailleurs, l’AN ira nécessairement vers un plan de formation pluriannuel de son staff focalisé sur les technologies de l’information et de la communication”.

 

Pour le directeur résident du NDI au Mali, Dr. Badié Hima, “pour qu’un Parlement soit fort, il lui faut un personnel fort, des assistants parlementaires législatifs aguerris, qui ont un statut d’expert de la loi dans les domaines du travail parlementaire, ce qui suppose des ressources humaines compétentes, qui travaillent dans des conditions qui leur permettent de donner le maximum d’eux-mêmes. C’est dire enfin que compte tenu de l’importance de son rôle au sein de l’Assemblée, le personnel a besoin d’être bien outillé si l’on veut que l’institution puisse jouer efficacement son rôle”.

 

A. Diakité l’indicateur 2013-03-21 12:45:15