Au Mali, l’armée loyaliste se prépare à une contre-offensive.


“La télévision et l’Assemblée nationale viennent d’être prises par les bérets rouges” annonce au téléphone un conseiller proche du président Touré, qui se cache dans Bamako et ne peut être cité, de peur d’être arrêté à son tour.

TOURNANT

Si l’information est confirmée, ce pourrait être un tournant. Rappelons que le coup d’état a eu lieu en l’espace de quelques heures, et a été mené en théorie par des hommes du rang et des officiers subalternes du camp militaire de Kati, à la périphérie de la capitale malienne.

Lire le cadrage Confusion à Bamako après le putsch contre “ATT”

Mais de multiples sources ont assuré au Monde que des commanditaires attendaient “le bon moment pour sortir du bois.” Les heures passent, aucun grand responsable ne se manifeste, et en l’absence d’une coalition claire pour installer à la fois des responsables militaires et civils au pouvoir, le chaos menace le Mali.

La nuit promet d’être importante à Bamako si des combats ont lieu entre putschistes et loyalistes; le jour du coup d’état, les bérets rouges avaient abandonné la présidence sans s’accrocher à sa défense.

Jean-Philippe Rémy

 

Le Monde.fr | 23.03.2012 à 20h35