le CSDM reçu Mme par le Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, Mme Kamissa CAMARA

Mme le Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, Mme Kamissa CAMARA et le CSDM (Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne) …

Plus d’un tiers des maliens vivent à l’extérieur du pays et représentent, de ce fait, ce qu’on appelle “Diaspora”, malgré un contenu très diversifié.

Cette entité investit, bon an mal an, plus de 600 Milliards CFA au pays et constitue, ipso facto, une grande force sur laquelle il faudra, desormais, compter pour bâtir le Mali de nos rêves.

Cependant, ce mouvement est gangrené, d’une part, par de terribles problèmes d’ordre interne avec des déchirures fréquentes, des guerres de positionnement, surtout, lors des renouvellements de ses instances dirigeantes et, d’autre part, par des divergences entre lui et les représentations diplomatiques, sur fonds de reconnaissance et de gestion des nombreux problèmes quotidiens qui se posent à eux, notamment, l’obtention et le renouvellement de certains papiers administratifs indispensables pour assurer une certaine quiétude aussi bien dans les pays d’accueil que dans Maliba.

Pour ne rien simplifier, la question de migration, sous toutes ses formes, empoisonne les relations entre le Mali et ses partenaires au développement, car les méthodes pour juguler le fléau sont, profondément, différentes voire divergentes sinon totalement assymetriques.

Face à ces nombreux défis, une organisation de la Diaspora, le Csdm Mali a décidé de prendre, à bras le corps, l’ensemble des problèmes sus cités, en appliquant une méthode tirant les leçons des échecs du passé et optant, d’abord, pour un rapprochement de toute la classe politique malienne afin de déblayer un terrain propice à un dialogue inclusif et, surtout, à la représentation effective et équitable de cette grande force au sein des institutions maliennes comme l’Assemblée Nationale et toutes autres arènes démocratiques devant permettre à la Diaspora de se faire entendre et, surtout, d’apporter ses immenses contributions qui ne sont pas, exclusivement, financières.

Cest ainsi qu’une très forte délégation de CSDM, avec à sa tête, son Président, Mr Mohamed Shérif Haidara, a négocié et obtenu, ce Vendredi 22 Mars 2019, une séance de travail avec la Ministre Camara, elle même, issue de la même Diaspora, entourée, pour la circonstance et compte tenu de l’intérêt qu’elle porte au sujet, de ses principaux collaborateurs.

Ce fut une discussion, à bâtons rompus, sur tous les sujets brûlants de l’heure comme le cas de la Côte d’Ivoire, la redéfinition de la carte diplomatique et l’amélioration aussi bien des conditions de vie de nos ressortissants que des moyens à octroyer aux missions diplomatiques pour mener, à bien, leurs nobles missions, sans gaspillage, ni gabegie et, encore moins, de détournements.

Pour conclure, la Ministre a, très professionnellement, demandé au CSDM de lui soumettre, par écrit, et dans une note très succincte, toutes ses revendications/suggestions/recommandations afin de les examiner, en profondeur, en vue de leur réserver des suites mûrement réfléchies.

Alors, au CSDM de saisir la perche qui lui est, ainsi, tendue pour apporter le document demandé dans les délais et règles de l’art.

Des photos de groupes suivies de quelques discussions informelles ont clôturé la session.

Rappelons que le CSDM est présente dans 47 pays à travers le monde.

Une très belle rencontre, à mettre à l’actif des deux parties en présence, mais, la tâche ne fait que commencer car le suivi régulier et efficace font, hélas, parties intégrantes de nos insuffisances à corriger.

Mountaga Toure,

www.diasporaction.fr