IBK à Kayes « Je suis prêt pour présider le Mali »

l’école, le monde rurale, l’emploi des jeunes… Tous ont leur slogan. Dans ce grand monde, les clubs de soutien d’IBK sont visibles, les couleurs de ASMA de Soumeylou Boubèye Maïga ne passent pas inaperçues, idem pour les clubs de soutien de Yacouba Traoré, un jeune opérateur économique, qui se bat pour IBK. Il y avait également dans cette foule compacte les partisans de l’ADP Maliba d’Aliou Boubacar Diallo et bien sûr les militants RPM.

Tout au long du trajet, un grand monde  était sorti pour saluer IBK, au bord d’une voiture décapotable. Il était 12 H30, le thermomètre affichait 46°, Kayes  est l’un des points les plus chauds de la terre. Malgré la chaleur et la fatigue du jeun, les habitants de Kayes N’Di sont sortis pour témoigner leur soutien à IBK.

Après la traversée du pont, les populations du Kasso sont spontanément sorties pour acclamer et exhiber les affiches d’IBK. Les boutiquiers, les vendeuses, les charretiers, les tailleurs, les mécaniciens ont formé par endroit des haies d’honneur pour saluer l’hôte de Kayes.

C’est à 13H 45 que  le cortège a pu atteindre le stade Macoro Sissoko, sous un soleil de plomb. La tribune d’honneur était remplie à craquer tandis que celle d’en face, la tribune soleil, était vide.

C’est dans cette atmosphère électrique où l’on peine à respirer  que la cérémonie a rapidement commencé par un bain de foule du candidat IBK. Ensuite, le secrétaire général de la section RPM, Cheick Macalou , est intervenu pour rappeler les qualités d’homme d’Etat d’IBK, « oui la région de Kayes soutient fortement cette candidature au moment où le pays a le plus besoin d’un homme honnête, patriote, travailleur…Qui mieux que vous, M. le Président, peut incarner la renaissance du Mali ; peut redonner à la malienne, au malien et au Mali sa fierté, son orgueil qui l’ont toujours caractérisé. Qui mieux que vous M. le Président peut recréer cet Etat du Mali et le sortir de la tutelle dans laquelle il se trouve au niveau régional et international.

Les défis sont certes énormes mais  nullement insurmontables, car vos capacités et votre conviction de la gestion de la chose publique seront vos atouts principaux pour faire face à ces défis ».

Il a, enfin, annoncé au Président que Kayes mobilisera et donne l’engagement de faire un score des plus importants.

Pour  Aliou Boubacar Diallo, PDG à la fois de Wassoul’or et Petroma, natif de Kayes, IBK est le meilleur choix pour le Mali. « J’ai choisi IBK en raison de ses nombreuses qualités d’homme d’Etat. C’est un homme d’actions, un homme qui sait prendre des mesures qu’il faut, un homme qui peut faire éviter au Mali de tomber plus bas. Ne nous trompons pas dans le choix, je vous invite à voter massivement pour faire passer IBK dès  le premier tour et qu’ensemble nous fêtions la victoire au soir du 28 juillet », a-t-il souhaité.

Dans son intervention, IBK a retracé les grandes lignes de son programme. En effet, il entend mettre en œuvre une nouvelle politique minière, axée sur trois objectifs majeurs. Le premier est la diversification du secteur vers d’autres minerais comme le fer, la bauxite, le manganèse. Le deuxième porte sur l’investissement national dans le secteur des mines, à travers le développement d’une classe d’entrepreneurs miniers maliens. Le troisième axe consiste à valoriser les actions que possède l’Etat dans les grandes mines, à travers une cotation en bourse, sur les marchés internationaux.

Auparavant, il avait déclaré que s’il est élu Président, qu’il créerait les conditions du vrai décollage économique du Mali, à travers une politique sectorielle, qui identifie les atouts de chaque région et les valorise pour créer des emplois. Il entend au moins créer 200 mille emplois en 5 ans.

« Je ne veux pas être un marchand de rêve en me lançant dans des surenchères électoralistes. Je serai un Président qui tient ses promesses. Je le dis, je le ferai ! ». Il se dit prêt pour relever tous ces défis, « prêt  pour présider le Mali »

«Le 28 juillet, au moment de déposer son bulletin dans l’urne, chaque Malien, chaque Malienne se posera une question simple : quel genre d’homme dois-je choisir pour mon pays ? Un homme intègre qui va servir ou un homme faible qui ne résistera pas à la tentation de se servir. Un homme qui se dévoue pour l’intérêt général ou un homme qui privilégie des intérêts personnels ? Un homme qui a toujours défendu son pays ou un homme dont les décisions le mettre en danger ? Un homme d’Etat ou l’homme d’un système. Le choix est clair, c’est pourquoi mon message au peuple malien est très clair lui aussi : le Mali d’abord ! Mali fôlô ! Mali fôlô !Mali fôlôl !» a-t-il conclu.

Chahana Takiou envoyé spécial à Kayes

L’indicateur Renouveau 2013-07-15 07:46:54