Fédération malienne de tennis Mohamed Oumar Traoré rempile pour un nouveau mandat de 4 ans

86

 

Le 29 décembre dernier, s’est tenu sous la présidence du représentant du ministre de Sports, Sidy Bekaye Sidibé, les travaux du 21ème conseil national ordinaire de la Fédération malienne de tennis (FMT), en présence du représentant du président Comité national olympique et sportif du Mali, Oumarou Tamboura.

Aux termes des travaux qui ont réunis les délégués de toutes les régions du Mali et du district de Bamako (à l’exception de Taoudéni et Ménaka), le président sortant, Mohamed Oumar Traoré, qui briquait un cinquième mandat, a eu la confiance renouvelée des délégués en lui pour conduire le tennis malien pour les quatre prochaines années.

Cette confiance renouvelée n’est pas le fruit du hasard. Les délégués se sont réjouis  des résultats obtenus par le bureau sortant qui a exécuté de 2014 à 2017 plus de 70% du quatrième plan  de développement du tennis  au Mali. L’on cite entre autres, la vulgarisation du tennis dans toutes les régions du pays, l’acquisition des matériels informatiques, formations des entraineurs grâce au CNOSM, etc.

Malgré tout, dit le président fraichement réélu, il reste des difficultés notamment le renouvellement des terrains de tennis  dégradées et la réalisation d’autres infrastructures. « Nous demandons au département des sports de nous appuyer  dans ce sens » », a-t-il dit.

Le représentant du Cnosm, Oumarou Tamboura a remercié le tennis malien de tout ce qu’il apporte au développement du sport au Mali grâce à son exemple de gouvernance, de gestion administrative, pour sa tenue régulière des assises et surtout la participation des équipes maliennes aux joutes africaines et internationales.

Et Sidy Bekaye Sidibé d’ajouter, «la tenue de ces assises témoigne de l’engagement et de l’abnégation de la FMT à apporter sa contribution au développement du sport, notamment le tennis ». Aux inquiétudes formulées par le président de la FMT, il a donné l’engagement du département à mettre tout en œuvre pour  permettre au tennis malien d’émerger.

H.B.F

Le Républicain-Mali