Aboubacar Sidiki Fomba rate l’occasion de se taire à propos du « Collectif » des membres du CNT

Le président de l’ADPEM bientôt sous sanction disciplinaire

C’est le tollé depuis quelques jours au CNT contre les agissements d’Aboubacar Sidiki Fomba, qui verse dans un populisme de mauvais aloï, allant jusqu’à répliquer à une circulaire signée par le président de l’organe parlementaire de transition.

Il est désormais menacé de sanction disciplinaire pour indiscipline et insubordination ».

Dans une récente circulaire du président du CNT, Colonel Malick Diaw rejette le travail fractionnel de certains de ses collègues, dont celui d’un certain «Collectif des membres du CNT », contraire au règlement intérieur de l’organe parlementaire de transition. 

« Chers collègues, il m’est revenu de constater, depuis quelques temps, que le nom ”CNT” ressort dans divers activités qui n’ont aucun lien avec la mission régalienne assignée au Conseil National de Transition.

Il en est de même de l’appellation ”collectif du CNT” utilisée par certains membres.

Je tiens à rappeler que le règlement intérieur du Conseil national de transition ne prévoit aucune disposition autorisant la formation d’un quelconque groupe, réseau ou association des membres au sein du CNT.

Pour cette raison, aucun regroupement parcellaire de membre du CNT ne saurait se donner une quelconque appellation qui, de fait, engagerait et compromettrait implicitement tout le Conseil national de transition.

J’invite tous les membres du CNT au respect strict des dispositions de la présente lettre circulaire », soulignait le Colonel Malick Diaw dans cette circulaire.

En réponse à cette lettre circulaire, le prétendu porte-parole de ce collectif, dr Aboubacar Sidiki Fomba, écrit « avoir été surpris de voir cette lettre circulaire qui ne se fonde sur aucun argument juridique, mais plutôt sur des objectifs basés sur le formalisme, de la sensationnelle et de la satisfaction à une frange incompétente et inactive du CNT au solde de la France ».

 

Aboubacar Sidiki Fomba dit « se poser des questions sur le bien-fondé de l’esprit de cette lettre à un moment où le travail du collectif des membres du CNT est salué par tout le peuple malien et surtout lorsque cette lettre circulaire se retrouve sur les réseaux sociaux à la minute de sa signature en violation de son caractère administratif de lettre circulaire » Et de rappeler que le collectif des membres du CNT a pour objectif de création la restitution du travail du CNT, etc.

 

 Et Dr Aboubacar Sidiki Fomba de verser dans un malodorant verbiage, juste pour polémiquer, comme il ne rate jamais l’occasion de le faire.

« Si s’occuper des questions d’envergure nationales, échanger avec la population et trouver la solution à leurs préoccupations n’ont de lien avec la mission régalienne du CNT cela nous amène à tirer la conclusion que la mission régalienne du CNT est contraire aux missions régaliennes du parlement dont il tire tout le sens de son existence.

Nous regrettons également que dans le règlement intérieur aucune disposition n’interdit la création de groupe, alors tout ce qui n’est pas interdit par la loi est autorisé… », écrit-il.

Cette réplique à l’endroit du président du CNT, le Colonel Malick Diaw, par l’un des membres de l’organe est considéré par les uns et les autres comme « une indiscipline et un acte d’insoumission avéré ».

Et plusieurs membres du CNT ont fortement désapprouvé cette sortie d’Aboubacar Sidiki Fomba, qui n’est pas à sa première prise de position publique pour contredire le président et le bureau du CNT.

D’où des propositions déposées sur la table du bureau de l’organe législatif provisoire en vue de prendre des sanctions contre celui qui est désormais appelé « l’agitateur ».

Plusieurs vice-présidents et des secrétaires parlementaires du CNT sont désormais dans la logique de voir Aboubacar Sidiki Fomba sanctionné pour dissuader de telles velléités de sectarisme et de désordre.

Bruno Djito SEGBEDJI