Quand la majorité fait le mort !

432

 

Pourtant, personne dans la majorité présidentielle, ni universitaire ni politique, n’a jusque-là cru devoir réagir à l’article en question qui tout en évitant les mots qui blessent considère implicitement le paraphe du document comme une forfaiture. L’universitaire français peut se tromper d’analyse. Mais ce qu’il a écrit et dit est très grave et ne peut pas être traité par-dessus la jambe dans une démocratie et dans un pays dont les décideurs ont quelqu’égard pour ses citoyens.

Quand c’est pour voyager, ils sont prêts, quand c’est pour manifester contre espèces sonnantes et trébuchantes, ils sont prêts. Quand il s’agit de porter la contradiction à de propos d’une gravité inquiétante, on fait le mort. Où sont-ils les universitaires, les débateurs, les contradicteurs qui ne ratent aucune occasion de crier leur loyauté au président. C’est maintenant, aujourd’hui et sur la réponse à Jailly qu’il a besoin de ces inconditionnels ! Qu’ils prennent l’espace que vient d’ouvrier l’universitaire français car cela est mieux que de répéter sans cesse que l’accord sera signé avec ou sans Cma le 15 mai. Et c’est infiniment mieux que de dire au peuple : c’est trop tard de discuter le contenu.

Adam Thiam

Source: Le Républicain-Mali