Contribution: Conférence dite d’Entente Nationale, Pourquoi l’Opposition républicaine et démocratique n’y participe pas ?

400
EBIBAKRY SOW, Étudiant-chercheur à l'Université Paris 10 Nanterre La Défense.

En septembre 2016, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies et dans son message de Nouvel an 2017, le Président de la République Ibrahim Boubacar Keita a annoncé la tenue d’une Conférence dite d’Entente Nationale prévue dans l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger. Un comité préparatoire, présidé par le Médiateur de la République, a été mis en place.

D’abord, il me semble nécessaire de rappeler la position de l’Opposition républicaine et démocratique. En effet, depuis 2014, l’Opposition politique a réclamé (sur ce sujet précis) la tenue de CONCERTATIONS NATIONALES INCLUSIVES et non une Conférence dite d’entente nationale. Pourquoi ?

Parce que, la Conférence dite d’Entente Nationale (C.E.N) comporte incontestablement un caractère exclusif. En effet, la Conférence dite d’Entente Nationale (C.E.N), tel qu’indiqué dans l’Article 5 de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale ne se limite qu’aux parties signataires dudit Accord. Or, le contexte sociopolitique du pays caractérisé par une insécurité galopante, des affrontements à caractère communautaires ou ethniques (la situation au centre du pays peut en témoigner), l’instabilité gouvernementale chronique, la dégradation généralisée du climat social (notamment les grèves dans les secteurs de la santé, des affaires sociales et de l’éducation) et bien d’autres, montre l’urgence nécessité d’organiser un dialogue national inclusif qui permettra d’impliquer l’ensemble des forces vives de la Nation, les Maliens de l’extérieur à travers leurs organisations représentatives (et non seulement les parties signataires de l’Accord) pour mener un débat approfondi sur les causes profondes du conflit afin de dégager des pistes de solutions.

Ensuite, au delà de son caractère exclusif, l’Opposition avait aussi formulé ses propositions d’amélioration des Termes de références provisoires (TDR) de la Conférence dite d’Entente Nationale, mais hélas comme toujours le gouvernement n’a même pas donné une réponse à plus forte raison prendre en compte les propositions de l’Opposition républicaine et démocratique.

Ainsi, du fait de son caractère non inclusif et la non prise en compte de ses propositions d’amélioration aux Termes de références provisoires (TDR) de la Conférence dite d’Entente Nationale (C.E.N), l’Opposition républicaine et démocratique a décidé de ne pas participer à cet événement.

Une position hautement salutaire de la part de l’Opposition politique car ce qui se passe actuellement au palais de la culture est une mascarade et non une Conférence d’entente nationale.

Enfin, il est surtout important de souligner que même les parties signataires de l’Accord d’Alger à savoir la Coordination du Mouvement de l’Azawad (CMA) et la Plateforme, à travers un communiqué officiel, avaient solennellement décidé de ne pas prendre part à cet événement.

EBIBAKRY SOW, Étudiant-chercheur à l’Université Paris 10 Nanterre La Défense.
www.diasporaction.fr